La réflexion et le reporting intégrés et le nécessitent des conseillers de confiance : Guider vos clients SME

Mats Olsson, Giancarlo Attolini | August 3, 2017 |

Available Languages: English | French | Spanish

Le Cadre international de reporting intégré de l’International Integrated Reporting Council définit la réflexion intégrée de la manière suivante : « La prise en compte active par une organisation des relations entre ses différentes unités opérationnelles et fonctionnelles et les « capitaux multiples » qu’elle utilise ou affecte. La réflexion intégrée induit une prise de décision intégrée et des actions prenant en compte la création de valeur à court, moyen et long terme. »

Ledit Cadre définit le reporting intégré comme « un processus fondé sur une réflexion intégrée donnant à une organisation un rapport périodique intégré sur la création de valeur au fil du temps et les communications relatives aux divers aspects de la création de valeur ».

Par conséquent, le reporting intégré devrait faire part de manière concise de la stratégie, la gouvernance, les performances et les perspectives d’une organisation générant une création de valeur au fil du temps. L’IFAC estime que les comptables devraient envisager d’utiliser le reporting intégré comme base ou cadre de conseil stratégique pour leurs clients ou employeurs lorsqu’il s’agit de petites et moyennes entreprises (PME) (voir le récent article disponible sur la passerelle Global Knowledge pour en savoir davantage).

Le conseiller de confiance

Qui, mieux qu'un comptable professionnel, en tant que conseiller de confiance, est en mesure d’assumer cette mission de réflexion intégrée ? Normalement, aucun intervenant externe ne connaît mieux l’entreprise que son comptable professionnel, qui a acquis des connaissances approfondies des activités du client. Pourquoi ne pas utiliser davantage ces connaissances et cette compréhension au profit du client ?

Grâce à la réflexion intégrée, les clients peuvent mieux comprendre leur propre entreprise. Et une meilleure compréhension de l'entreprise permet automatiquement une meilleure prise de décision et conduit à de meilleurs résultats. L’expérience a montré que communiquer cette compréhension à partir de cette nouvelle façon de penser permet de briser le cloisonnement interne, et de garantir ainsi que l’information circule librement et sans limitations entre les différentes parties d’une entreprise.

Lorsque cela se produira, les clients commenceront à regarder l'entreprise, et le reste du monde, avec d’autres yeux. Leurs activités pourraient enregistrer de meilleures performances, non seulement à court terme, mais également à plus long terme, car la réflexion intégrée génère une création de valeur durable, cohérente et sur le long terme. Aujourd'hui, la plupart des gens se rendent compte qu'il existe peu d'entreprises durables qui fassent l’impasse sur l’innovation et la gestion efficace des ressources limitées dont elles disposent. Et pas uniquement en termes de résultats financiers. Les fournisseurs exigent une livraison respectueuse de l'environnement, le personnel demande des déplacements professionnels respectueux de l'environnement, les banques exigent une réflexion à long terme, etc. Il est temps que les PME passent à la réflexion intégrée et envisagent peut-être aussi de communiquer des informations autres que l’historique de leurs chiffres dans leur bilan ou compte de résultat.


Il est clair que dans un avenir proche, la valeur des entreprises prendra en compte davantage que le simple capital financier. Les capitaux intellectuels, humains, sociaux, naturels et manufacturés sont également essentiels pour comprendre la manière dont les entreprises peuvent augmenter leur valeur de manière durable.

En tant que comptable professionnel et conseiller de confiance, vous pouvez les y aider.

Comment ? Un bon début consisterait à identifier lequel de vos clients peut s’intégrer à ce type de conception non conventionnelle. Toutes les entreprises n’y sont pas prêtes ou ne peuvent pas nécessairement en bénéficier.

Clients potentiels

Quel type de clients devriez-vous viser ? Les clients susceptibles d'être réceptifs à la réflexion intégrée et, en fin de compte, aux rapports intégrés, sont probablement ceux qui disposent d'un vaste réseau de partenaires, à la fois externe et interne. En externe, citons l'entreprise dans son ensemble, les communautés locales, les banques et les fournisseurs. Les partenaires ou acteurs internes comprennent le personnel, et en particulier les personnes issues de la génération Y, lequel privilégie de plus en plus les employeurs dotés de modèles commerciaux créateurs de valeur. La nécessité d'attirer et de retenir les talents peut constituer une bonne raison de commencer ce processus de réflexion intégrée.

Les rapports intégrés exigent implicitement l’adoption de la réflexion intégrée. Les clients innovants ou les entités disposées à proposer un changement structurel de leur mode de fonctionnement pourraient être disposés à introduire une approche intégrée de leur mode opératoire.

Voici quelques exemples à prendre en compte lors de l'examen de votre propre liste de clients, afin d'identifier ceux qui peuvent bénéficier de la réflexion intégrée et du reporting intégré.

Entreprises et entités fournissant des services publics

Les entités gérant des jardins d'enfants, des écoles, etc. ou fournissant des soins de santé ou des soins aux personnes âgées ou handicapées, y compris, dans certaines juridictions, les entités organisées comme des entreprises sociales, sont généralement de petite ou moyenne taille, ont de nombreux partenaires et sont également relativement dépendantes des contributions de l'entreprise au sens large.

Et si, parallèlement à leur compte de résultat, elles communiquaient également, par exemple, le nombre d’enfants qui ont été pris en charge, le coût par enfant, le nombre de dents examinées ? L’objectif est d’informer les parties prenantes de ce que l’entreprise fait en plus de gagner (ou de perdre) de l’argent, mais de manière plus quantifiable. La réflexion intégrée peut non seulement contribuer à améliorer les processus au sein de l'entité, mais peut également communiquer aux parties prenantes la manière dont elle aspire à créer de la valeur pour la communauté dans laquelle elle développe ses activités et, par conséquent, son importance.

Services locaux d’utilité publique

Les entreprises fournissant des services d'utilité publique (eau potable, électricité, gaz, chauffage, transports en commun, collecte et traitement des déchets, par exemple) sont encore relativement petites dans de nombreuses régions du monde ou disposent d'une multitude de partenaires au sein des communautés locales dans lesquelles elles opèrent.

Entreprises de services professionnels

Les entreprises du secteur de la connaissance qui vendent des services pourraient tirer parti du fait de pouvoir mesurer et communiquer le nombre d’heures par an d’enseignement et de formation que suivent leurs employés, ainsi que leur coût respectif. Ces informations peuvent présenter un intérêt particulier pour les futurs clients et employés. La réflexion intégrée peut également les aider à expliquer leur modèle d’entreprise aux investisseurs potentiels ou à d’autres fournisseurs de capitaux.

Compagnies de fret

Les compagnies de fret pourraient indiquer la quantité d'énergie consommée au cours d'une année et faire correspondre ce chiffre au coût direct et à la manière dont cela a finalement été utilisé pour créer de la valeur. Pour améliorer le rapport coût/consommation, les conducteurs pourraient être formés à l’éco-conduite et à d'autres astuces d'économie de carburant, qui pourraient être mesurées et communiquées aux clients et autres acteurs concernés.

Autres

Bien que ces exemples concernent principalement le secteur des PME, n’oublions pas les organisations à but non lucratif. Ces organisations disposent généralement d'un vaste réseau de donateurs, de volontaires et de partenaires communautaires, ainsi que de gouvernements locaux, régionaux ou nationaux qui constituent leur base active. Communiquer la façon dont ils créent de la valeur et s’efforcer de rentabiliser au maximum chaque centime revêt une importance fondamentale lorsqu’il s’agit de les aider à se développer, à collecter de nouveaux fonds et à sécuriser leurs finances.

En fin de compte, toutes les entreprises et organisations à but non lucratif qui cherchent à répondre de manière significative et responsable à leurs acteurs (internes et externes) et, ce faisant, à créer de la valeur à court, moyen et long terme, trouveront leur voie dans le concept de pensée intégrée. Ce processus de réflexion, auquel fait appel le reporting intégré, s’avérera d’une valeur inestimable pour la notion de durabilité dans les années à venir.

Dans le cadre du processus de réflexion intégrée, les comptables, en tant que conseillers de confiance, peuvent également contribuer aux objectifs de développement durable des Nations Unies, les objectifs 12 et 13 tout particulièrement, relatifs à la consommation et production responsables et aux actions pour le climat (voir Programme de développement durable à l'horizon 2030 : un aperçu de la contribution de la profession comptable de l’IFAC pour en savoir davantage sur la manière dont la profession comptable peut et devrait contribuer à la réalisation des objectifs).

Pour en savoir davantage sur les PME et la réflexion intégrée, veuillez consulter Creating Value for SMEs through Integrated Thinking: The Benefits of Integrated Reporting (Créer de la valeur pour les SME par la réflexion intégrée : les bénefices du reporting intégré).

Issues and Insights

Mats Olsson

Partner, Adrian & Partners AB

Mats Olsson is partner and one of the founders of Adrian & Partners AB. Adrian & Partners is a medium-sized practice in Gothenburg, Sweden, that works primarily with small- and medium-sized owner-led client companies. He has higher education in accounting as well as business law. Mr. Olsson was previously the Deputy Chair of  the IFAC SMPC and chair of its Task Force for Small Business Support. See more by Mats Olsson

Giancarlo Attolini

Past Chair, IFAC SMP Committee

Giancarlo Attolini is the past chair of the IFAC Small and Medium Practices (SMP) Committee and founding partner of Attolini Spaggiari & Associati Studio Legale e Tributario, an accounting, tax, and law firm in Reggio Emilia, Italy. See more by Giancarlo Attolini

Join the Conversation

To leave a comment below, login or register with IFAC.org

Thank you for your interest in our publications. These valuable works are the product of substantial time, effort and resources, which you acknowledge by accepting the following terms of use. You may not reproduce, store, transmit in any form or by any means, with the exception of non-commercial use (e.g., professional and personal reference and research work), translate, modify or create derivative works or adaptations based on such publications, or any part thereof, without the prior written permission of IFAC.

Our reproduction and translation policies, as well as our online permission request and inquiry system, are accessible on the Permissions Information web page.

For additional information, please read our website Terms of Use. ALL RIGHTS RESERVED.