Développer les économies nationales en développant les PAO

Alan Edwards, membre de l'IFAC PAODC et Marta Russell, responsable technique, Qualité et développement, IFAC | November 7, 2019 |

Available Languages: English | French

Je suis comptable et j'adore l'histoire et la politique. Ainsi, tous mes centres d’ intérêts se retrouvent dans les travaux de Jacob Soll, professeur d'histoire et de comptabilité à l'Université de Californie du Sud. Ainsi, lorsque le Département britannique pour le développement international (DFID) et l’IFAC ont voulu quantifier leur impact dans le développement d’une organisation comptable professionnelle, j’ai commencé par une perspective historique. Une de mes citations préférées répond à ma réaction initiale qui aurait été de douter qu'il puisse exister un lien:

De la Renaissance italienne à l’Empire espagnol en passant par la France de Louis XIV et la République néerlandaise, l’Empire britannique et les premiers États-Unis, une comptabilité efficace et une responsabilité politique ont fait la différence entre une société en croissance et une société en déclin. À maintes reprises, de bonnes pratiques comptables ont généré les niveaux de confiance nécessaires pour fonder des gouvernements stables et des sociétés capitalistes vitales. De plus, une comptabilité médiocre et son manque de responsabilité et de fiabilité ont entraîné un chaos financier, des crimes économiques, des troubles civils et pire encore ».

Jacob Soll, The Reckoning - La responsabilité financière et la montée et la chute des nations


Mais affirmer l’importance d'investir dans la profession comptable ne suffit pas pour une politique publique fondée sur des preuves. Ainsi, sous la conduite de l'IFAC et d'un consultant expert, un petit groupe d'entre nous a réévalué les éléments probants démontrant une relation positive entre des Ordres d’EC plus forts et le développement économique et social.

Toute politique publique est contestée et très peu d'initiatives d'aide non liée à la crise bénéficient d'un soutien universel. Cependant, pour beaucoup d'entre nous, l'argument en faveur d'un investissement dans la profession comptable est solide. Le DFID et l'IFAC, dans le cadre de l'analyse de rentabilisation du programme de renforcement des capacités des Ordres, ont élaboré une théorie du changement convaincante. Cela lie les intrants (soutien financier et gestion du changement), les extrants (plans stratégiques des Ordres, par exemple) et les résultats (reconnaissance de la valeur d’un Ordre par les principales parties prenantes) ayant un impact sur le développement économique d’un pays. Il est clair qu’un impact réel et visible n’est possible que sur le long terme. Alors, comment valider cette théorie du changement?

Ce que nous avons constaté, c’est qu’il en existe de nombreuses preuves au niveau macro et dans des secteurs critiques de l’économie. Nous savons par exemple que les rapports Nexus commandés par le Centre pour l’économie et la recherche commerciale (Cebr) à la demande de l’IFAC ont révélé que la profession comptable était liée à la croissance économique nationale et à l’amélioration du niveau de vie. Il est estimé que la profession mondiale contribuait pour 575 milliards USD par an à l'économie mondiale et montrait la corrélation entre la part occupée par les comptables dans l'emploi total et l'amélioration du PIB par habitant et de meilleurs résultats en matière de développement humain.

 Au niveau des pays, les informations obtenues par l'IFAC dans le cadre du programme de conformité des membres illustrent à la fois le statu quo et les progrès réalisés par les PAO et les juridictions individuelles. Le programme de renforcement des capacités des Ordres permet de découvrir des histoires qui montrent le travail accompli, les défis, les réussites et les leçons cruciales apprises. Il rassemble également les statistiques internes des Ordres qu’il prend en charge pour mettre en évidence des détails tels que la croissance du nombre d’étudiants, les taux de réussite aux examens et les revenus des Ordres.

Les professions britannique et irlandaise, par l’intermédiaire du Comité consultatif des organismes de comptabilité (CCAB), ont également examiné tous les secteurs. Leurs conseillers, Oxford Economics, ont constaté que la profession comptable contribuait pour 59 milliards de livres sterling au PIB du Royaume- Uni en 2017, avec environ 613 000 emplois en comptabilité. La profession comptable a également généré des recettes fiscales estimées à 8,9 milliards de livres sterling, soit 1,5% de l’ensemble des recettes des recettes fiscales et des douanes de Sa Majesté (HMRC) en 2017. Des résultats positifs similaires ont été enregistrés en Irlande.

Sur le plan sectoriel, nous avons mis en évidence des preuves convaincantes que la comptabilité est essentielle au développement des petites et moyennes entreprises en tant que moteur de l’économie de nombreux pays. Nous avons également identifié des éléments prouvant que la comptabilité joue un rôle clé dans la croissance des services financiers et est fondamentale pour renforcer la gestion des finances publiques.

Cependant, toute la littérature montre que les recherches visant à établir le type de lien de causalité que nous souhaiterions tous sont difficiles, voire impossibles. Ainsi, alors que les résultats suggèrent une association entre la profession comptable et le développement économique, cela ne peut être interprété comme une relation directe de cause à effet : peut-être n'y a t-il pas de réponse parfaite.

 Une idée est que nous devrions consacrer plus d'énergie à établir l'impact de la profession comptable sur le développement social. Ceux d'entre nous qui participons aux projets de renforcement des capacités des Ordres financés par l'IFAC et par le DFID ont pu constater l'impact sociétal de ces investissements dans les pays en développement, notamment en offrant aux femmes des possibilités d'entrer dans la profession.

Bien que nos politiciens adorent ça, l'analyse des politiques publiques nécessite plus qu'une anecdote. Ainsi, quels que soient nos récits personnels, des analyses et des données plus robustes peuvent être possibles. Cela nécessite des efforts de la part de tous les membres du réseau mondial de l’IFAC. Par exemple, les Ordres pourraient défendre l’approche d’évaluation de l’impact économique utilisée par le CCAB. Dans le domaine du développement social, l’analyse du rendement social de ces investissements en tant qu’outil d’évaluation de l’impact est une approche qui gagne du terrain. Il existe d'excellents exemples d’Ordres qui investissent dans leurs juridictions.

Le programme Thuthuka de l’Institut sud-africain des comptables agréés est un excellent exemple de renforcement de la profession tout en aidant à garantir l’accès à tous. SAICA a mis au point un processus permettant de fournir un flux constant de professionnels de la comptabilité instruits et compétents qui représentent la démographie de l’Afrique du Sud par le biais d’initiatives aux niveaux primaire, secondaire et supérieur. Je suis sûr que d’autres Ordres ont des histoires de développement social similaires à raconter.

Il ne fait aucun doute que l'IFAC, ses volontaires et ses partenaires continueront à plaider auprès des financeurs et donateurs pour qu'ils investissent dans le développement des Ordres. En tant que comptable britannique, je suis fier que la Grande-Bretagne ait commencé à se professionnaliser en créant des instituts de comptabilité pour soutenir la première révolution industrielle. Il est agréable de voir que le DFID asiste maintenant la croissance mondiale de la profession alors que nous nous préparons pour la 4ème révolution industrielle.

Join the Conversation

To leave a comment below, login or register with IFAC.org

Thank you for your interest in our publications. These valuable works are the product of substantial time, effort and resources, which you acknowledge by accepting the following terms of use. You may not reproduce, store, transmit in any form or by any means, with the exception of non-commercial use (e.g., professional and personal reference and research work), translate, modify or create derivative works or adaptations based on such publications, or any part thereof, without the prior written permission of IFAC.

Our reproduction and translation policies, as well as our online permission request and inquiry system, are accessible on the Permissions Information web page.

For additional information, please read our website Terms of Use. ALL RIGHTS RESERVED.