Les risques et les opportunités posés par l'eau ne peuvent être ignorés—par les entreprises, les industries, ou les nations

Dr. Dorothy Maxwell | July 28, 2015 |

Available Languages: English | Arabic | Chinese | French | Spanish

The Sustainable Business Group a récemment  publié le rapport jalonState of the Apparel Sector Water (État de l'eau du secteur textile) pour le Prix du leadership mondial du textile durable 2015. Les prix ont lieu en conjonction avec la World Water Week (semaine mondiale de l’eau) (WWW), la semaine mondiale de l'eau, l'événement annuel où des experts, des praticiens, des décideurs et des innovateurs du monde des affaires se réunissent pour discuter des enjeux hydriques mondiaux. 

Défis posés par la rareté de l'eau

L'eau est une ressource soumise à un stress accru, avec sa gestion aujourd'hui considérée comme l'un des plus grands risques pour la continuité et la croissance des affaires. Globalement, la pénurie d'eau a été identifiée comme le risque global numéro un pour la société pour les dix prochaines années par le Forum économique mondial (FEM). Du point de vue des droits humains, l'accès à un système d’approvisionnement d’eau propre, saine et potable, à une hygiène et un système sanitaire est déjà compromis dans de nombreuses régions du monde. La cartographie des risques hydriques du Fonds mondial pour la nature (WWF), qui illustre les pays et régions à travers le monde qui sont déjà fortement concernés par ces risques, confirme ce que les médias rapportent également—à savoir que la Chine, l'Inde, les États-Unis, le Pakistan, le Bangladesh , l'Australie, l'Afrique, la Turquie et le Brésil font déjà face à ces risques.

 

Figure 1 : Cartographie des risques liés à l’eau Risques liés à l’eau WWF Carte ©2014, WWF, certains droits réservés.

Les facteurs de risque de l'eau comprennent le stress hydrique (lorsque la demande locale en eau dépasse la disponibilité d'eau douce dans la région), la sécheresse, les précipitations insuffisantes, les inondations et la pollution. Aujourd'hui déjà, près de la moitié des grands bassins fluviaux du monde, où vivent 2,7 milliard de personnes, fait face à une pénurie d'eau au moins un mois par an, et les restrictions d'eau devraient encore s'amplifier avec le changement climatique. Plus de 70 grands fleuves sont déjà tellement soumis à des prélèvements excessifs que peu d’eau atteint la mer, d’après l’Agence européenne pour l’environnement dans son État de l’environnement 2015 qui est consitué de statistiques mondiales.

Étant donné que la quantité d'eau présente sur la planète est la même que lorsque celle-ci a été formée, la question à poser est pourquoi la pénurie d'eau augmente-t-elle et qu'est ce qui a changé ? La réponse se trouve enracinée dans notre utilisation accrue et la pollution de l'eau. La population et l’urbanisation toujours croissantes sont les principales caractéristiques de la demande mondiale grandissante d'eau potable et d'eau pour l'assainissement, la nourriture et l'énergie. Il y a également une inter-connexion dans ce qu'on appelle le lien eau, nourriture et énergie—le point de croisement entre les trois indique clairement que la demande en eau doit être envisagée de manière systémique. L'adaptation au changement climatique a également des implications importantes relatives à l'eau.

La population mondiale devrait atteindre 9 milliards d’ici 2030, avec une croissance économique dans les marchés émergents de 6 % et de plus de 2,5 % dans les marchés bien développés. À cette date, 4 milliards de personnes vivraient dans des zones à fort stress hydrique et la demande globale en eau douce dépassera l'offre de plus de 40 % si le monde continue de suivre les « pratiques commerciales habituelles » (Rapport sur les risques globaux 2014 du WEF). Pour les secteurs d'activités consommatrices d'eau, comme les services publics d'eau, l'agriculture, l'énergie, les industries extractives, les produits chimiques et le textile, cela représente un risque majeur pour les ressources en termes de poursuite de l'approvisionnement, la compétitivité et la résilience. Les contraintes en eau défieront de plus en plus les « pratiques commerciales habituelles ».

Solutions pour la gestion de l'eau

Alors, comment pouvons-nous mieux gérer l'eau ? À quoi ressemblerait une gestion réussie de l'eau ? Les solutions devront inclure des perspectives mondiales, régionales et locales—jusqu'au niveau du bassin versant. Sur le plan international, le projet Objectifs de développement durable des Nations Unies pour l’eau, qui doit être finalisé en septembre, vois la réussite dans un monde où une gestion de la disponibilité de l¦eau et une gestion durable de l’eau pour tous est considéré comme un droit humain. Pour les entreprises, l'amélioration de la gestion de l'eau, avec des améliorations plus vastes en terme de durabilité, nécessite un mélange de moteurs et d'acteurs. Les moteurs comprennent une réglementation gouvernementale appliquée de façon efficace, un marché et des incitations financières, telles que la tarification de l'eau (attribuer un prix à l'eau reflétant ses véritables coûts et avantages), et le besoin de traçabilité de la chaîne d'approvisionnement et de la responsabilité pour des raisons de risque et de réputation. La meilleure pratique du secteur inclut un changement de modèle opérationnel des « utilisateurs et pollueurs d’eau » aux « intendants responsables de l'eau » en mettant l'accent sur la protection et la valorisation des ressources en eau douce pour toutes les parties concernées qui les utilisent.

Les innovations technologiques pour l'utilisation/la réutilisation de l'eau, la récolte et les améliorations sur le terrain et dans les usines sont la clé d'un changement rapide. En termes d’infrastructure hydraulique, la réflexion actuelle recommande d’investir dans des solutions de gestion intégrée des ressources en eau pour un approvisionnement et un assainissement de l’eau adaptés à l’offre et à la demande locales dans le long terme. Les plateformes collaboratives sont également importantes pour mettre l’action à l’échelle et pour rassembler les multiples parties prenantes. Les plateformes existantes comprennent le CEO Water Mandate du Pacte mondial des Nations Unies, les programmes d’intendance de l’eau du WWFet le groupe des ressources en eau 2030 de la WEF (présidé par Nestlé SA, PepsiCo, SAB Miller, et la Coca-Cola Company). Les structures, telles que la norme de l'Alliance pour la gestion des ressources hydriques (AWS), fournissent des éclaircissements sur ce qu'implique une approche cohérente à l'échelle mondiale pour une utilisation et gestion responsable de l'eau.

Certaines entreprises innovantes ont pris les devants sur la gestion de l'eau. Par exemple, Heineken et l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel  ont entrepris des initiatives d'accélération de la gestion de l'eau pour les brasseries des pays et des régions limités en eau. Le partenariat pour l'eau d'H&M et de WWF se concentre sur les défis de la chaîne d'approvisionnement en eau du secteur textile en Chine et au Bangladesh. Levi Strauss & Co a sauvé un milliard de litres d'eau grâce à sa technologie Water<less™ (qui réduit jusqu'à 96 % l'eau utilisée dans la finition des vêtements) et à des améliorations de production depuis 2011. Sasol, la compagnie sud-africaine d'énergie et de produits chimiques, a investi de manière proactive dans le but d’améliorer l'infrastructure vieillissante du captage de l'eau municipale en réponse aux préoccupations sur les risques matériels de sécurité de l'eau. Même s'ils n'utilisent qu'environ 4 % du rendement de captage par rapport aux autres utilisateurs, leur investissement dans l'amélioration des infrastructures de captage induit un plus faible coût financier pour un approvisionnement plus grand et à plus long terme que pour des opérations isolées au sein de leur usine.

Rôle de la comptabilité et des finances

Les investisseurs et, de plus en plus, les professionnels comptables ont identifié les secteurs employant beaucoup d'eau comme étant fortement exposés aux interruptions d'activité pour cause de problèmes liés à l'eau. Cela peut augmenter les coûts de production et avoir un impact négatif sur les profits et les pertes, et, à terme, sur la valeur pour les actionnaires. Les investisseurs perçoivent également un potentiel pour les actifs bloqués à la lumière de la pénurie d'eau et de la menace croissante de la réglementation et des marchés forçant l'internalisation des coûts externes. Mais le risque lié à l'eau offre également des possibilités financières. Les enveloppes budgétaires, tels que les fonds pour l'eau, sont en augmentation dans le secteur de l'agriculture pour soutenir la restauration des bassins versants, le développement des infrastructures, et la gestion durable de l'eau. Toutefois, l'évaluation du risque hydrique par les investisseurs évolue encore et l'analyse financière ne comprend pas encore de façon systématique l'utilisation et la pollution de l'eau dans les régions exposées à un stress hydrique.

À l'heure actuelle, la consommation et la pollution hydrique sont mesurées par des entreprises qui utilisent des outils tels que l'évaluation du cycle de vie et l' empreinte hydrique. Ceux-ci fournissent une mesure quantitative de l'impact de l'eau aux niveaux de l'usine ou de la chaîne d'approvisionnement. Cette information est généralement décrite dans la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ou les rapports intégrés, où le matériel de l'entreprise.

La prise de conscience de l'importance du risque hydrique est grandissante. Par exemple, 68 % des répondants au questionnaire du Programme de l'eau 2014 du PDC ont déclaré que l'eau constitue un risque important pour leur entreprise (les résultats du questionnaire sont disponibles en ligne); 22 % des répondants ont déclaré que les questions liées à l'eau pourraient limiter la croissance de leur entreprise et, de ce nombre, un tiers espère pouvoir dépasser cette contrainte dans les 1-2 prochaines années.

La traduction de cette information dans la comptabilité et le rapport de gestion, ainsi que dans les applications financières et les applications ESG (environnement, social et gouvernance) est encore relativement nouvelle—bien que de plus en plus courante. Au-delà des investisseurs socialement responsables, les investisseurs institutionnels sont de plus en plus intéressés par la gestion des risques hydriques. D'autres outils apparaissent pour soutenir les entreprises et les investisseurs à évaluer et à quantifier leurs risques hydriques régionaux. Ceux-ci comprennent le Water Risk Filter de WWF, l' Aqueduct Water Risk Atlas du World Resource Institute et le Water Risk Monetizer développé par Trucost and EcoLab. CPA Australia a récemment mis au point leur rapport d'évaluation sur l'eau dans les entreprise australiennes dans Eroding Corporate Water Reporting ?

Défis et prochaines étapes

Bien qu'il y ait une prise de conscience croissante dans les affaires et les finances sur la nature critique de la rareté de l'eau, le sujet, bien qu'important, n'est pas discuté dans de nombreux secteurs employant beaucoup d'eau. Une prochaine étape clé est l’accroissement de la sensibilisation aux défis de l'eau et au changement des mentalités au-delà des approches actuelles, essentiellement basées sur l'efficience de la gestion de l'eau. Les incitations pour des actions stimulantes—de réglementation et de marché—égales à l'ampleur du défi que pose l'eau sont encore limitées et constituent une prochaine étape essentielle pour permettre l'adoption de solutions de gestion de l'eau. Cela est particulièrement le cas dans les marchés émergents où les risques hydriques sont déjà élevés. Par exemple, lorsqu'une tarification de l'eau existe, elle reflète rarement la véritable valeur de l'eau, ainsi que les coûts et les avantages associés. En conséquence, le prix n'est pas suffisamment élevé pour mettre en place les solutions nécessaires de gestion de l'eau à long terme. Au-delà des modèles commerciaux, des pratiques et des incitations de gestion de l'eau, les étapes suivantes comprennent l'investissement dans l'infrastructure de gestion de l'eau adaptée aux conditions locales et régionales, la réglementation gouvernementale pour changer les comportements qui est pratiquement appliquée et les plateformes pour permettre une collaboration à grande échelle et intégrée entre les parties prenantes.

Mais le changement est en cours dans certains pays où beaucoup de ces étapes ont commencé à être mises en œuvre. Par exemple, la Chine est un exemple récent de pays qui a fortement encouragé une législation environnementale de plus en plus stricte ainsi sa mise en application. Depuis janvier 2015, la loi sur la protection de l'environnement de la Chine impose des amendes quotidiennes strictes pour la pollution à toute une série de secteurs utilisant beaucoup d'eau et polluant, y compris le secteur de l'énergie, des mines et des textiles. En plus de cette approche de renforcement de la réglementation, le développement des infrastructures d'approvisionnement en eau, l'amélioration du traitement des effluents, et les incitations financières (telles que les augmentations tarifaires de l'eau) sont considérés comme des éléments clés. L'approche du gouvernement chinois se concentre sur « trois lignes rouges »—la pollution, l'utilisation et l'efficacité—de l'eau, dans le but de passer d'un régime de rémunération pour polluer à « pollueur-payeur ». Les tarifs d'importation sur les technologies de traitement de la pollution des eaux ont été réduits afin d'inciter leur installation. Ce nouveau régime constitue une nouvelle étape pour la Chine, et représente un risque pour ceux qui ne peuvent pas s'y conformer et une opportunités pour les innovateurs qui le peuvent. 

 

Dr. Dorothy Maxwell

Director, The Sustainable Business Group

Dr. Dorothy Maxwell has worked in sustainability with businesses, government, and non-governmental organizations in the EU, Asia Pacific, and US for more than 24 years. Trained as an environmental scientist and economist, she has worked with Accenture, Willis, European Commission and The Prince of Wales’s International Sustainability Unit. She is Founding Director of The Sustainable Business Group consultancy since 2006 whose clients include Walmart, Nike, Natural Capital Coalition, and the UK Department of the Environment. The Group recently published the milestone State of the Apparel Sector Water report for the Global Leadership Award in Sustainable Apparel 2015 (GLASA). See more by Dr. Dorothy Maxwell

 

Join the Conversation

To leave a comment below, login or register with IFAC.org

 

Thank you for your interest in our publications. These valuable works are the product of substantial time, effort and resources, which you acknowledge by accepting the following terms of use. You may not reproduce, store, transmit in any form or by any means, with the exception of non-commercial use (e.g., professional and personal reference and research work), translate, modify or create derivative works or adaptations based on such publications, or any part thereof, without the prior written permission of IFAC.

Our reproduction and translation policies, as well as our online permission request and inquiry system, are accessible on the Permissions Information web page.

For additional information, please read our website Terms of Use. ALL RIGHTS RESERVED.