Contributing to the Global Economy

Ça chauffe : les dirigeants qui ignorent le changement climatique le font à leurs risques et périls.

Kevin Dancey | September 2, 2021

Available Languages: English | French

Le 11 décembre 1997, près de 200 pays ont signé le Protocole de Kyoto, prolongeant la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) de 1992. Il s'agissait d'une modeste tentative d'engager les États parties à lutter contre le réchauffement climatique provoqué par les émissions de CO2 d'origine humaine.

Malgré cette intention, de nombreux pays n'ont pas atteint leurs objectifs ou se sont retirés de l'accord. Les émissions mondiales ont continué d'augmenter et le changement climatique a persisté, en grande partie sans relâche. Près d'une décennie plus tard, en 2015, tous les États membres des Nations Unies ont adopté le Programme de développement durable à l'horizon 2030, y compris les 17 objectifs de développement durable (ODD). Peu de temps après, l'Accord de Paris a été signé le 22 avril 2016. Encore une fois, près de 200 pays signataires se sont engagés à maintenir l'augmentation moyenne de la température mondiale bien en dessous de 2 °C et à réduire les émissions dès que possible pour atteindre un niveau zéro net en la seconde moitié de ce siècle. Néanmoins, en juillet, l'Agence internationale de l'énergie a annoncé que les émissions mondiales sont sur le point d'atteindre de nouveaux sommets. Pendant ce temps, un nouveau rapport publié en août par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) indique que le changement climatique est « sans équivoque » causé par l'homme et que les températures pourraient augmenter de plus de 1,5 °C, au-dessus des niveaux préindustriels d'ici 2050, voire plus tôt, même dans la meilleure des hypothèses de réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre.

La question est : allons-nous tenir compte de cet avertissement de dernière minute avec la ferveur sociétale, économique et politique qu'il exige même lorsque tant de tentatives antérieures ont échoué ?

Je crois que nous le ferons, et voici pourquoi.

Une nouvelle étape dans l'histoire

La lutte contre le changement climatique est une entreprise gigantesque. Cela nécessite une action de toutes les parties prenantes, pas seulement des gouvernements. C'est pourquoi le protocole de Kyoto a échoué. Les gouvernements étaient engagés à des degrés divers, mais la plupart des entreprises, des consommateurs et des citoyens ne l'étaient pas. Cette fois, ils le sont. Pensez aux dirigeants qui considèrent le paysage actuel alors qu'ils réfléchissent aux stratégies d'avenir de leur organisation. Ils ne savent pas comment le monde se déroulera, mais ce qu'ils savent, c'est qu'ils doivent faire des choix pour que, quoi qu'il arrive, ils doivent être en mesure de réussir. Historiquement, ce succès a été concentré sur les investisseurs et les régulateurs et, bien sûr, les consommateurs. Aujourd'hui, cependant, les entreprises sont conscientes des critères de durabilité plus importants qui sont en en jeu. Au niveau macro, les gouvernements et les régulateurs débattent de l'action et l'opinion publique évolue. Mais ce n'est que lorsque ces problèmes affectent les entreprises au niveau micro, organisationnel, que la  développement durable sera plus qu'un simple problème à l'horizon, et c’est actuellement que ce  moment se produit.

Trois facteurs clés qui retiennent l'attention de chaque dirigeant :

Les parts de marché et les consommateurs

La génération présente de consommateurs est différente. La position d'une organisation sur le développement durable affecte directement le marché des produits et services de l'organisation. Offrir des produits et des solutions à basse teneur ou à zéro carbone est un avantage concurrentiel évident, et le commerce se réorganise autour de nouvelles attentes. Quand j'étais jeune, par exemple, l'étiquetage sur les emballages était presque inexistant. Aujourd'hui, nous sommes informés de la teneur en calories, en matières grasses, en sodium et en sucre comme une pratique habituelle. Dans un avenir proche, ces labels incluront également la teneur en carbone, et les dirigeants doivent être prêts à cette inévitable évolution.

Attirer des capitaux

Les investisseurs exigent de plus en plus d'informations plus nombreuses et de meilleure qualité sur la durabilité. Mais les problèmes de durabilité sont plus profonds et plus fondamentaux qu'un simple meilleur reporting. Les investisseurs procèdent désormais à un filtrage environnemental, social et de gouvernance (ESG) négatif (par exemple, en excluant certaines industries d'un portefeuille d'investissement) ou à un filtrage positif (le champ d'application étant limité aux sociétés ESG bien notées). Nous savons que la disponibilité (l'offre) affecte les coûts, et ignorer la durabilité ne fera qu'augmenter le coût du capital de l'organisation. La recherche prouve que les entreprises qui communiquent des informations sur la durabilité et donnent une assurance sur celle-ci supportent à la fois des coûts d'investissement inférieurs et moins de contraintes de capital.

Attirer et retenir les talents

Les générations futures font des choix de carrière basés sur l'approche de développement durable d'une organisation. En fait, l'étude « Millennial Employee Study de Cone Communications » a révélé que 64% des Millennials n'accepteront pas de travail si leur employeur n'a pas une politique RSE solide. Une étude de WeSpire a révélé que la génération Z est « la première génération à donner la priorité à l'objectif plutôt qu'au salaire ». Aucun dirigeant ne peut réaliser la mission de son entreprise sans un vivier de talents pour la soutenir. Il ne fait aucun doute que l'intégration de la durabilité au cœur de l'organisation augmente la probabilité d'attirer les meilleurs talents d'aujourd'hui.

Cette fois les choses sont différentes

Le mandat des dirigeants est assez simple : ignorer la durabilité est à vos risques et périls. Il ne suffit pas que les organisations poursuivent leurs humbles initiatives de développement durable ; nous avons besoin d'une action de grande envergure et urgente pour répondre de manière adéquate à la gravité de la menace posée par le changement climatique. Alors que les entreprises embrassent l'influence démesurée qu'elles ont pour apporter un changement positif au sein de la société, les stratégies de développement durable doivent être intégrées dans les modèles commerciaux de base, non seulement pour le bien des organisations qui souhaitent rester rentables et innovantes, mais aussi pour les personnes et la planète. Cette opérationnalisation de pratiques commerciales durables à grande échelle sera un moment majeur de gestion du changement pour toutes les organisations et, par conséquent, une énorme opportunité pour les comptables professionnels d'utiliser leurs compétences et leurs compétences pour contribuer de manière significative à de nombreux rôles.

L'IFAC, en tant que voix mondiale de la profession comptable représentant plus de 3 millions de comptables professionnels dans le monde, estime que les comptables peuvent :

-Jouer un rôle clé dans l'établissement de processus, de systèmes et de contrôles pour identifier et mesurer les informations sur la durabilité et les relier aux informations financières existantes ;

-Soutenir les décisions de politique publique et les gouvernements dans leurs efforts pour se conformer aux objectifs de l'Accord de Paris ;

- Fournir une gamme de services consultatifs pour aider les clients à prendre conscience de ces changements et opportunités, ainsi que fournir une assurance sur les nouvelles obligations de déclaration.

Cette fois c’est différent car toutes les parties prenantes sont engagées. Il ne s'agit pas d'une initiative descendante du gouvernement et des organismes de réglementation. Avec l'engagement des entreprises et de leurs parties prenantes, les objectifs de développement durable et l'action climatique bénéficient du soutien dont ils ont besoin pour réussir.

 

Kevin Dancey

Kevin Dancey

Chief Executive Officer, IFAC

Kevin Dancey, CM, FCPA, FCA became IFAC’s Chief Executive Officer in January 2019. Mr. Dancey has a long history of leadership in the accountancy profession as well as in public service. As Canadian Institute of Chartered Accountants President and CEO, Mr. Dancey led the Canadian accountancy profession’s unification, becoming CPA Canada’s first President and CEO after the merger. His experience also includes serving as the Assistant Deputy Minister, Tax Policy, at Finance Canada (1993-1995), on the Canadian Auditor General Panel of Senior Advisors (2006-2015) and as an Auditing and Assurance Standards Oversight Committee member (2017-2018) and CCAF-FCVI Inc. board member (2008-2013). Mr. Dancey’s international accountancy experience includes the Public Interest Oversight Board (2017-2018), the IFAC board (2006-2012) and the Global Accounting Alliance (2006-2016), where he was also Chair from 2008 to 2012. Prior to joining the Canadian Institute of Chartered Accountants, Mr. Dancey was PwC’s Canadian Senior Partner and CEO and was a PwC Global Leadership Team member from 2001-2005. He was national tax practice leader for Coopers & Lybrand before the merger with Pricewaterhouse. Mr. Dancey currently chairs Finance Canada’s Departmental Audit Committee and is on the Advisory Board of the CPA Canada Martin Family Initiative, which mentors Canadian indigenous youth, having previously served as the National Coordinator for the program. He is also a Senior Fellow at the CD Howe Institute, a Canadian research institute dedicated to raising living standards through economically sound public policies. Mr. Dancey is a Fellow at CPA Ontario, where he first qualified, and a member of CPA Canada. He holds a Bachelor of Arts (Hon.) in Mathematics & Economics from McMaster University (Canada). See more by Kevin Dancey

 

Explore More On...

 

Join the Conversation

To leave a comment below, login or register with IFAC.org

 

Thank you for your interest in our publications. These valuable works are the product of substantial time, effort and resources, which you acknowledge by accepting the following terms of use. You may not reproduce, store, transmit in any form or by any means, with the exception of non-commercial use (e.g., professional and personal reference and research work), translate, modify or create derivative works or adaptations based on such publications, or any part thereof, without the prior written permission of IFAC.

Our reproduction and translation policies, as well as our online permission request and inquiry system, are accessible on the Permissions Information web page.

For additional information, please read our website Terms of Use. ALL RIGHTS RESERVED.

Agree