Auditeur, comptable, avocat… et la technologie

Antoni Gómez | April 11, 2017 |

Available Languages: English | French | Spanish

L'aspect le plus remarquable du récent congrès Mobile World de Barcelone a été l'évolution des produits grand public, avec de nouvelles fonctionnalités liées aux téléphones mobiles et aux applications connectées. De nombreux autres développements auront un impact significatif, comme les modifications de la technologie de base, les avancées dans les communications 5G, les possibilités du big data ou l’Internet des objets : chaque congrès sur les technologies mobiles introduit des avancées de plus en plus significatives.

Bien qu'il semble souvent que nous ayons atteint une limite financièrement viable pour les nouvelles fonctionnalités des produits, les fonctionnalités technologiques continuent néanmoins à augmenter de manière exponentielle. Nous recevons directement les changements technologiques en tant que consommateurs de produits et de services de plus en plus sophistiqués, avec des applications qui font rapidement partie de notre quotidien. Mais ce sont les progrès de la technologie de base, qui sont souvent compréhensibles uniquement des ingénieurs les plus spécialisés, qui permettent de produire des applications extraordinairement nouvelles.

Les progrès constants des systèmes de technologie, d’information et de communication affectent toutes les entreprises. Non seulement celles où la technologie constitue l’essentiel de la performance, mais aussi les entreprises qui utilisent cette technologie dans leur organisation interne, en les intégrant à leurs produits ou services, ou dans lesquelles la technologie est un élément essentiel et indispensable pour être en contact et communiquer avec les clients.

Les auditeurs, fiscalistes, avocats et autres professionnels fournissant des services aux entreprises doivent réagir aux avancées technologiques. Ils doivent se maintenir au courant de ces avancées, et se familiariser avec celles-ci. L’environnement technologique du cabinet professionnel est en pleine mutation.

Les professionnels, et par extension les entreprises de services professionnels, doivent s’y intéresser. Premièrement, les aspects liés aux communications. Une infrastructure de télécommunications appropriée doit permettre des fonctionnalités telles que l’accès facile aux bases de données (clients et tiers), la connectivité des clients aux équipements et l’accès à Internet et aux réseaux sociaux. Les communications constituent également un instrument fondamental pour les solutions Cloud ou le télétravail.

En deuxième lieu, une grande attention devrait être accordée aux outils directement liés à la fourniture de services aux clients. Il s’agit notamment des programmes utilisés pour l’audit ou la préparation des comptes annuels et des déclarations fiscales, ainsi que des outils de comptabilité automatique des documents, des bases de données ou des référentiels pour les formulaires standard, etc. De nombreuses entreprises développent des solutions visant à faciliter le travail des entreprises professionnelles. De plus en plus, les entreprises nationales et internationales proposent de nouveaux produits spécifiquement destinés à ces professionnels.

Troisièmement, il existe des solutions facilitant la gestion interne de l'entreprise ou du bureau : gestion des documents, contrôle des fichiers et des clients, gestion de la relation client, planification des ressources de l'entreprise, intelligence des affaires, etc. En bref, des outils permettant une gestion interne simplifiée et une aide à la production d’informations utiles à la prise de décision.

Il est clair qu’il existe une multitude de solutions qui nécessitent une attention constante de la part des professionnels et des entreprises qui désirent se maintenir à jour. Tout change très vite, avec l'apparition de nouveaux produits rendant les précédents obsolètes. La seule chose dont on soit sûr est le changement.

Souvent des professionnels sont ravis des caractéristiques de leur dernier appareil pour leur usage personnel, mais qui, pour de leurs cabinets, continuent d’avoir des structures obsolètes d’un point de vue technologique. L'argument (ou l'excuse) est généralement basé sur les coûts ou sur l'opinion erronée selon laquelle les services fournis et la valeur pour les clients ne sont pas liés à la technologie. Étant donné la manière dont les progrès technologiques bouleversent nos vies, et ce dans un si grand nombre d’activités, il est difficile d’affirmer que les auditeurs, les conseillers et les avocats peuvent se permettre d’ignorer de tels changements.

Déterminer des solutions technologiques appropriées à tout moment demande du temps et des efforts. Mais surtout, cela nécessite un état d'esprit. Pour les associés ou les responsables, cela peut demander de prendre des décisions hors de leurs domaines de spécialisation. Ils sont donc confrontés à l'incertitude et aux inconvénients de s'adapter à de nouvelles méthodes de travail.

L’intégration de la technologie reste toutefois un problème d’ordre stratégique. Malgré les difficultés, nous ne pouvons rester à l’écart des changements technologiques. Les solutions d’aujourd’hui ne seront pas valables dans un avenir proche, mais elles serviront de base pour mieux nous préparer à l’adaptation à de nouveaux environnements que les concurrents qui n’adoptent pas ces avancées technologiques.

Bref, nous devons nous maintenir à jour. Il ne s’agit pas d’être à la pointe de la technologie, et il n’est pas nécessaire d’utiliser le produit ou service dernier cri. Mais nous ne devons pas non plus devenir obsolètes, à l’instar de ceux qui ont défendu les télécopieurs en tant que technologie ultime en matière de communications.

Une dernière recommandation : notre groupe valorise les alternatives technologiques applicables à nos environnements de travail professionnels, que ce soit dans les communications, la fourniture de services ou l’organisation interne. Ce groupe comprend non seulement les partenaires et les gestionnaires, mais également les professionnels en début de carrière. Certaines solutions qui pourraient sembler compliquées pour certains d’entre nous seront sans aucun doute considérées par la génération « millenium » comme intuitives et conviviales.

 

Placeholder image

Antoni Gómez

Antoni Gómez Valverde became a member of the Small and Medium Practices Committee in January 2015. He was nominated by the Spanish Institute of Chartered Accountants. Mr. Gómez is the international chair of Auren, an auditing, consulting, tax, and law firm that serves small- and medium-sized entities (SMEs) in nine countries. He was one of the founding partners Auren’s Spanish office in Barcelona. He is also chair of Antea, an international alliance of independent firms. He has over 30 years of experience as an auditor and consultant. Mr. Gómez is vice chair of the Catalonian Institute of Chartered Accountants. Previously, he was a member of the Federation of European Accountants (FEE) Audit Education Working Party. He also lectures on accounting and auditing at universities in the Catalonia region of Spain and writes for various professional publications. Mr. Gómez holds a degree in economics and is a Chartered Accountant.  See more by Antoni Gómez

 

Join the Conversation

To leave a comment below, login or register with IFAC.org

 

Thank you for your interest in our publications. These valuable works are the product of substantial time, effort and resources, which you acknowledge by accepting the following terms of use. You may not reproduce, store, transmit in any form or by any means, with the exception of non-commercial use (e.g., professional and personal reference and research work), translate, modify or create derivative works or adaptations based on such publications, or any part thereof, without the prior written permission of IFAC.

Our reproduction and translation policies, as well as our online permission request and inquiry system, are accessible on the Permissions Information web page.

For additional information, please read our website Terms of Use. ALL RIGHTS RESERVED.